Le Ramonage pour profiter de votre cheminée l'hiver

Nettoyer mécaniquement le conduit de cheminée sur l'intégralité de sa longueur est obligatoire.

Il s'agit d'éliminer les dépôts ou suies accumulés sur la paroi intérieure du conduit et qui pourraient perturber la bonne évacuation des fumées.

Ce ramonage dit "mécanique" est réalisé par le haut. Un ramonage réalisé avec des produits chimiques n'est pas reconnu comme suffisant et ne peut pas se substituer à une action mécanique. Le ramonage chimique peut néanmoins servir à préparer la phase de ramonage mécanique.

Le ramonage chimique ne peut pas être certifié comme efficace.

Quelles sont les règles concernant le ramonage d’un conduit ?

La réglementation impose 2 ramonages par an pour les appareils à combustible solide et liquide (charbon, bois, fioul). Par dérogation, un seul ramonage suffit pour les combustibles gazeux (gaz naturel, propane).

La vérification, le nettoyage et les réglages des appareils de chauffage ainsi que de leurs tuyaux de raccordement incombent aux utilisateurs en fonction des conditions et de la durée d'utilisation.

Pour confirmer le nombre de ramonages réglementaires, nous vous conseillons de consulter le RSD (Règlement Sanitaire Départemental) de votre département.

Dans le cas d’un appareil à charbon, à bois ou à fioul, l’un de deux ramonages doit être effectué en période de chauffe, au moment où l’installation est la plus sollicitée.

Avant l’entretien, il est impératif de démonter les accessoires (sonde de Système Connecté, chapeaux aspirateurs, régulateurs de tirage, etc.).

Ramoner par le haut est plus efficace que par le bas. C’est au ramoneur de choisir en fonction de l’appareil et des accès au conduit.

Un entretien régulier permet de vérifier, de nettoyer et de régler les appareils de chauffage ainsi que leurs conduits de raccordement pour maintenir un niveau optimal de sécurité et de confort, mais aussi éviter les risques d’usure prématurée de l’installation.

Qui peut me délivrer un certificat de ramonage ?

Le certificat de ramonage ou la facture peut servir de justificatif auprès de votre assureur en cas de sinistre.

Si un logement est occupé par un locataire, le ramonage incombe à ce dernier. S’il s’agit d’un conduit collectif, le ramonage est sous la responsabilité de la copropriété.

Les accessoires comme les chapeaux aspirateurs ou régulateurs de tirage doivent être préalablement démontés et pour être nettoyés.

Puis-je ramoner moi-même, sans faire appel à un professionnel ?

Si vous souhaitez réaliser un ramonage seul, rapprochez-vous préalablement de votre assureur pour connaître sa position.

Dans tous les cas, nous vous recommandons de faire ramoner votre installation par un professionnel qualifié, car, l’assurance pourrait ne pas prendre en charge les dégâts survenus lors d’un sinistre.

Isolation par l'extérieur, l'isolation en beauté

25 % de la chaleur d’une habitation s’échappe par les murs.

Avec les coûts d'énergie qui ne cessent d’augmenter, bien isoler son logement fait partie des priorités et des enjeux majeurs. 

L’isolation extérieure est la solution la plus efficace avec plusieurs techniques :

ou 

Cette deuxième solution permet de personnaliser beaucoup plus facilement les bâtiments en jouant sur les matériaux et les couleurs, tout en modernisant l’ensemble.

 

L’isolation thermique par l’extérieur ou ITE réduit l’inconfort dû aux parois froides et retarde la pénétration de la chaleur dans les murs. C’est une solution pratique pour toutes les saisons. De plus, ce procédé qui permet de réaliser un ravalement de la façade, supprime les problèmes d’étanchéité. 

Contrairement à l’isolation par l’intérieur, la surface habitable est préservée. Vous n’avez pas besoin de déménager ni de bouger des meubles puisque le chantier se déroule à l’extérieur. 

L’isolation thermique par l’extérieur fait partie des travaux encouragés par l’Etat, dans le but de réduire la consommation énergétique, et de protéger l’environnement. Ce qui vous permet selon la situation de bénéficier d'aides financières.

 

Le bardage permet aussi d’améliorer le confort acoustique de la maison.

Il existe différents types de bardage : bois, composites, zinc, aluminium, tôle, fibro-ciment, PVC, brique, béton, pierre...

Le bardage en bois est le plus utilisé. L’isolation thermique sous bardage peut modifier radicalement l’aspect de votre logement, ce qui peut nécessiter diverses autorisations. Il est important de vous renseigner auprès de la commune avant de commencer les travaux. L’ITE sous bardage peut être interdite dans des zones protégées ou proches de monuments historiques. Il faut également déposer une déclaration de travaux ou un permis de construire au préalable.

 

Les avantages du bardage en bois pour l’isolation thermique par l’extérieur des murs

Le bardage en bois s’adapte parfaitement à tout type de construction. Il confère à votre maison un aspect naturel et chaleureux. Cette technique d’isolation extérieure permet aussi de protéger durablement votre logement des intempéries et des fortes variations de température. La maison devient alors plus saine et plus confortable. Opter pour le bardage en bois est également un geste écologique. C’est un matériau renouvelable et propre qui réduit la pollution. De plus, le bois a une capacité isolante élevée, ce qui permet de rentabiliser rapidement votre investissement grâce à la réduction non-négligeable de la consommation en chauffage. Les travaux peuvent être réalisés dans un délai très court, car ils ne nécessitent pas d’apport d’eau. Il n’y a donc pas de délai de séchage, contrairement aux autres matériaux. De plus les travaux se font par l'extérieur, ne dérangeant en rien la vie des habitants.

L’ITE, une solution pour combiner rénovation, isolation et embellissement des façades

L’ITE (isolation par l’extérieur), solution la plus efficace et pratique pour lutter contre les déperditions de chaleur et faire des économies d’énergie.  Il existe trois techniques principales de pose d’un bardage :

– rapporté  qui consiste à placer une couche d’isolant entre la façade et le bardage, la technique la plus simple en rénovation

– double-peau avec une couche d’isolant intercalée entre deux parements

– préassemblé constitué de deux parements et d’un isolant préassemblé en usine.

Le bois, matériau naturellement isolant

Associé à un isolant extérieur, le bardage extérieur en bois supprime les ponts thermiques et joue un rôle esthétique, protecteur contre les intempéries. Idéal pour le design et l’isolation extérieure, il contribue à masquer les fissures et imperfections des murs extérieurs, tout en modernisant, changeant le style de l’habitation.

Le bois offre toutes les audaces architecturales : tons, couleurs, profils, finitions ; la palette de possibilités est large pour réveiller les façades et isoler en beauté. L’isolation par l’extérieur pallie également les problèmes d’étanchéité ainsi que les phénomènes de condensation intérieure. En hiver comme en été, la température de l’habitat demeure homogène pour un bien-être optimal. Un bardage en bois améliore également l’isolation phonique.

Le bois, une solution écologique

Le choix d’essences durables pour la construction d’un bardage allie à la fois la préoccupation esthétique et environnementale : les bois que nous utilisons sont issus de forêts certifiées gérées de manière responsable pour limiter l’impact écologique et la déforestation.

Certaines essences naturellement imputrescibles telles que le mélèze, le douglas rouge, le red cedar  présentent une stabilité et une résistance aux intempéries de classe 3, ce qui assure la longévité du bardage.

De même les bois transformés Thermiquement font l’objet d’un traitement de préservation respectueux de l’environnement garantissant la pérennité de la façade. Ils améliorent la résistance aux intempéries grâce à la thermo stabilisation.

Si le bardage doit être détruit, les bois durables peuvent être recyclés facilement car ils ne contiennent pas de produits chimiques et ne polluent pas l’environnement. Le bardage en bois s’avère une solution d’isolation extérieure efficace qui répond à des exigences d’économie d’énergie, d’esthétisme et d’écologie.

 

Ardoises, tuiles, zinc, les utilisations...

Couverture / Toiture

Dans la construction de maison, la couverture/toiture a un rôle primordial. Elle est constituée de différents matériaux agencés de manière à protéger les occupants des intempéries. Elle assure donc l’étanchéité du toit contre la pluie pour éviter les infiltrations d’eau risquant de dégrader des éléments de la construction (charpente, combles, plafond, murs, etc.). Elle doit aussi avoir une résistance à certaines contraintes mécaniques telles que le vent, en particulier lors d’une tempête.

Traditionnellement les matériaux comme la tuile, l’ardoise ou le zinc sont utilisés en couverture. Si la protection des occupants constitue le point clé de la fonction d’une toiture, celle-ci est également un élément important de l’esthétique d’une maison. En ce sens, le choix du matériau est donc important pour que le rendu final de la maison soit impeccable.

Cependant, d’autres matériaux commencent à prendre place sur les toits. Il s’agit du béton et du bitume qui existe en plusieurs variétés : feutre bitumineux, rouleau bitume, bardeau bitumineux, etc. Le béton est plus robuste, étanche et parfaitement adapté pour les toitures terrasses. Il convient ainsi pour une utilisation de type industrielle, notamment dans la construction des bâtiments à toit plat. Pour ce qui est du bardeau bitumeux, il peut être installé sur les maisons avec toit en pente. À l’instar des tuiles ou des ardoises ou du zinc, sa pose commence par l’installation d’un support.

Le couvreur est un artisan qui maîtrise l’art de poser chaque pièce afin de produire au final une œuvre de qualité. Par ailleurs, lorsqu’il s’agit d’une toiture en zinc, il doit travailler sur le modelage de ce métal avant de le poser. Il conçoit à l’avance les éléments de la couverture en atelier. C’est ce que l’on appelle le travail de zinguerie, un métier d’art qui exige un réel savoir-faire.

Couvrir son toit

Dans le domaine de la construction comme dans celui de la rénovation de toiture, les hypothèses de couverture sont multiples dans l’agencement d’une maison. Mais avant de se lancer dans ce type de travaux, il convient de déterminer la meilleure solution de couverture la plus convenable pour le projet en question. Matériaux, budget et autres détails techniques sont à prendre en considération. Hormis les ardoises, il existe plusieurs autres options de couverture pour la toiture.

L’ardoise est la solution la plus onéreuse. En revanche, sa durée de vie avoisine avec le siècle. En raison de sa petite taille, l’ardoise peut couvrir une toiture aux formes arrondies. Pour ce qui est de la tuile en béton, cette option révèle quelques défauts, mais au fil des années elle a corrigé le tir. Les toitures en métal et végétal sont les autres solutions que compose la couverture d’un toit.

En dehors des qualités isolantes et esthétiques d’une couverture, certaines caractéristiques régionales sont à prendre en compte pour une éventuelle rénovation de la toiture. Quelques spécificités locales comme la présence de roches sont à l’origine d’un style classique. Selon ces contraintes, le plan local d’urbanisme peut contraindre le propriétaire à couvrir sa toiture de manière traditionnelle en vue, par exemple, d’harmoniser tous les éléments d’un même paysage. Par exemple, dans la région normande, les maisons sont recouvertes de tuiles en terre cuite du fait du sol argileux. Dans la région des Hauts-de-France, c’est la tuile qui prévaut et ses couleurs résultent du principe de fabrication et de la composition de la terre.

La tuile, l'ardoise ou le zinc pour la rénovation de votre maison?

Vous souhaitez rénover la toiture de votre maison ? Vous avez le choix entre différentes sortes de matériaux de couverture, allant des plus traditionnels à ceux plus originaux. Les produits proposés sur le marché peuvent en effet répondre à toutes les exigences en matière de performances, d’esthétique et de budget.

Les trois matériaux les plus utilisés de nos jours pour couvrir les toitures sont la tuile, l’ardoise et le zinc. Chaque région possède sa propre norme architecturale en matière de toiture. Il s’agit donc de veiller à s’y conformer. Ainsi si vous habitez en  Mayenne, Bretagne, ou bien dans les Alpes ou la Touraine, vous aurez à opter pour l’ardoise. À Paris, Nice ou Brest, c’est le zinc qui y prévaut. Et enfin, privilégiez la tuile si votre habitation se situe dans la Somme ou en Charente Maritime.

Plus en détail ci-dessous les caractéristiques d’une toiture en tuile, en ardoise et en zinc.

Ne faisons pas l'impasse sur la tôle ou bac acier qui est aussi très utilisé, notamment pour les garages, abris de jardin, ou carport afin de diminuer les coûts de leur construction. De simple peau, à double peau, son utilisation est très orientée.

La tôle simple peau avec film anti condensation est plutôt orienté sur les bâtiments du type abri de jardin, qui ne nécessite pas une isolation renforcée. A contrario, la tôle double peau, qui est en général isolée avec 40, 60, 80mm de mousse polyuréthane est, elle, très utilisée pour les garages, carports, ou encore bâtiments industriels car très efficace en isolation en ne prenant que très peu d'espace. De différentes couleur, ce matériau est tout terrain et peut même être utilisé en bardage de façade...

Toiture en tuile

Vous pourrez trouver deux sortes de tuiles sur le marché : celles traditionnelles et celles en béton.

Les tuiles traditionnelles

Matériau le plus utilisé en France pour la couverture des toits, la tuile classique est fabriquée en argile cuite pendant plusieurs heures à environ 1000 °C. Elle se décline en plusieurs coloris, allant du marron clair au rouge sombre, et présente de nombreuses formes :

La toiture traditionnelle est tout particulièrement prisée, entre autres, parce qu’elle est solide, résistante au gel et durable (environ 50 ans). Elle résiste toutefois mal aux chocs, et est assez onéreuse. Or, suivant le type de tuile, il faut entre 12 et 100 tuiles pour recouvrir 1 m² de toiture.

Les tuiles en béton

Plus légère que la tuile classique, et aussi moins chère, la tuile en béton est soit plate, soit à emboîtement. Elle peut être colorée grâce à l’ajout de pigments. Son principal inconvénient réside cependant dans sa décoloration sous l’action du soleil et de la pluie.

La toiture en ardoise

Particulièrement présents dans le quart Nord-Ouest de la France, les toits en ardoise sont eux aussi soit naturels, soit artificiels.

L’ardoise naturelle

Issue d’une roche schisteuse de teinte noire, voire bleutée, l’ardoise naturelle apporte à la toiture un aspect inimitable et intemporel. Elle est proposée sous plusieurs formes (rectangulaire, arrondie, en ogive ou en losange) et sous différentes épaisseurs (2,6 mm à 3,5 mm). Elle est très résistante et offre une très bonne longévité (75 à 150 ans).

L’ardoise en fibrociment

Pour payer moins cher, on peut se tourner vers l’ardoise synthétique. Ce matériau est cependant de moindre qualité, car il devient poreux avec le temps. Sa durée de vie va de 30 à 70 ans.

La toiture en zinc

Léger, résistant à la corrosion, esthétique (reflets bleutés), flexible et facile à entretenir, la toiture en zinc possède l’avantage d’être écologique. Le zinc pouvant se recycler à hauteur de 95 %.

Son installation est par contre compliquée, et nécessite d’être mise en œuvre par un professionnel ayant une expérience de ce matériau. Très utilisée lors de nos extensions de maison, surélévation ou rénovation, elle convient parfaitement aux faibles pentes de toit.

La durée de vie d’une toiture en zinc peut dépasser 50 ans.

 

Les éléments constituant les toitures par type de couverture

La qualité d’une toiture est primordiale pour préserver l’état général d’une maison, et joue un rôle essentiel de protection face aux aléas climatiques, que sont le vent, la pluie, la neige, mais également le chaud et le froid. La couverture d’une charpente est généralement accompagnée d’une couche isolante, qui permet de lutter contre le fait que 30 % des pertes énergétiques d’une maison s’effectuent par le toit.

Que ce soit pour la construction d’une maison neuve, ou dans le cadre d’un projet de rénovation, il est donc indispensable de faire appel à des professionnels du secteur (charpentiers et artisans couvreurs), qui disposent des compétences et des techniques pour vous aider à choisir une toiture adaptée à votre projet, et mettre en œuvre leur savoir-faire pour mener à bien le chantier. Il existe effectivement plusieurs grands types de toitures (en pente, arrondie, terrasse ou végétalisée), dont le choix est dicté par plusieurs éléments, que sont le budget, les caractéristiques propres à la construction et à la charpente, mais aussi les normes architecturales locales. De ce choix découle celui du matériau utilisé pour la couverture proprement dite, et nous allons voir qu’il en existe plus que ce que l’on pourrait penser au premier abord.

 

La star des toitures françaises : la tuile en terre cuite

Le succès de la toiture en tuiles ne se dément pas au fil des années, et il est facile de constater que la tuile est présente dans toutes les régions de France. Il en existe plusieurs sortes, tuiles plates, canal, ou à emboitement, dont les prix varient de manière sensible selon le type :

Le coût total d’une toiture en tuiles ne se limite pas au prix des tuiles, et englobe également des postes onéreux, comme la pose de la charpente , des tuiles, et l’éventuelle dépose de l’ancienne couverture. Il est également indispensable de tenir compte du prix des aménagements supplémentaires que sont l’isolation, la pose de fenêtres de toit ou vélux, et du réseau de gouttières pour la récupération des eaux de pluie.

La solution alternative : la toiture plate

Le toit-terrasse n’est plus uniquement réservé aux immeubles collectifs ou aux constructions luxueuses. Faisant appel à des techniques et des professionnels différents du toit sur charpente, il présente l’avantage de pouvoir être accessible depuis l’intérieur ou l’extérieur de la maison, pour être aménagé en terrasse d’agrément, ou végétalisé. Le zinc ou la membrane sont utilisées pour permette cette faible pente de toit, notamment sur les extensions, les carports, ou surélévations de maison.

 

L'essentiel :

Une fois que votre choix se sera arrêté sur le matériau de toiture utilisé, il est primordial de l'entretenir une fois par an pour le préserver le plus longtemps possible. Des ardoises naturelles vont durer plus de 100 ans évidemment, mais pour cela, la condition est l'entretien. Il en va de même des éléments comme les gouttières, à déboucher parfois seulement pour le bon écoulement de l'eau, ou à réparer...

Un matériau est durable, si il est de qualité, bien posé, et entretenu.

 

Quel entretien pour un bardage bois naturel ?

Comment entretenir un bardage en bois naturel?

Beaucoup de solutions sur la marché :

Vous disposez d’une maison, d’un abri, d’un chalet ou autre élément de construction couvert d’un bardage en bois :

Matériau très esthétique il demande un entretien pour ne pas devenir gris et terne voire noirci au fil du temps.

Même les bois "nobles", de nature résistante comme le Douglas, le Melèze ou le Red Cedar demandent à être préservés.

De nombreux produits pour les bardages en bois sont proposés aujourd’hui sur le marché : saturateurs, dégriseurs, lasures, insecticide, fongicide… Cependant, chaque produit a une utilisation bien ciblée, et un bois qui est gris, n'est pas un bois abîmé. Il a juste perdu sa teinte d'origine par le soleil, les UV, la pluie...

Pourquoi entretenir un bardage en bois?

Le bardage en bois est l’élément extérieur le plus exposé aux agressions climatiques. Certains bardages ne nécessitent pas d’entretien et gardent leur teinte d'origine longtemps, c’est le cas des bardages en bois composite. Il vous suffit juste de nettoyer le bardage en composite avec une brosse, de l’eau et du Savon noir par exemple. Pour tous les autres bois comme les bardages en douglas, il est nécessaire de les entretenir régulièrement pour les aider à conserver leur couleur naturelle d'origine.

Sous l’effet de la pluie, des UV, avec le temps votre bois va griser ou ternir. L’idéal est d'appliquer un traitement pour un bardage tous les deux ans. Vous pouvez juger par vous-même du moment adéquat pour entretenir le revêtement en bois. Quand vous commencerez à voir une couleur grise apparaître ou quand vous voyez des dégradations trop visibles, il faudra protéger votre bardage. Différentes solutions pour traiter un bardage en bois existent :

 Les solutions pour entretenir le bardage bois :

Les lasures et saturateurs s’utilisent pour entretenir un bardage en bois tout juste posé ou après une phase de rénovation. Les hydrofuges permettent d’imperméabiliser le bois pour éviter les fendillements.

 Les solutions de rénovation du bardage bois grisé :

Avec les effets du temps et de la météo, sans entretien, votre bardage a dû griser ou ternir. Utilisez alors un dégriseur de chez Owatrol par exemple pour rénover un bardage en bois. Les dégriseurs permettent de redonner à votre bois sa couleur naturelle. Après application du dégriseur, vous pouvez utiliser un saturateur bardage afin de redonner de l’éclat à la couleur naturelle de votre bois. Une autre solution mécanique permet également de dégriser le bois facilement, avec l'utilisation d'une aérogommeuse professionnelle. Nous l'utilisons souvent pour des chantiers de plus grande ampleur en complément du dégriseur.

Les solutions contre les parasites :

La plupart des traitements pour bardage en bois seront à la fois préventifs et curatifs contre les xylophages et/ou les champignons. Les propriétés fongiques de votre produit s’attaqueront aux moisissures tandis que les propriétés insecticides élimineront les insectes. Nous vous conseillons d’utiliser des produits les moins toxiques possibles.  

Comment appliquer une solution sur un bardage bois ?

 

Pourquoi nettoyer votre couverture régulièrement ?

Faut-il faire nettoyer sa toiture régulièrement ? 

Une toiture saine et propre est la meilleure protection pour une maison. Elle limite les déperditions de chaleur et les dépenses énergétiques, elle conserve un éclat qui embellit la maison et évite des complications parfois coûteuses. Entretenir sa toiture régulièrement est un bon moyen de limiter les frais et de préserver sa propreté. Mais quand faut-il nettoyer sa toiture ? Quel prix prévoir pour ce type d’intervention ? 

Pourquoi et quand faut-il nettoyer sa toiture ?

Pourquoi faut-il entretenir sa toiture ?

Entretenir sa toiture est important pour la préserver du temps qui passe, de l’usure et des aléas climatiques et pour assurer sa durabilité. En effet, lorsqu’une toiture est neuve, dans le cadre d’une nouvelle construction ou bien d’une rénovation, penser à son entretien n’apparait pas comme une priorité. Pourtant, c’est très tôt qu’il faut y penser afin d’éviter les problèmes et les travaux de réparation, voire un remplacement complet.

Un nettoyage régulier de la toiture permet de prolonger son éclat et sa durée de vie jusqu’à plus d’une centaine d’années. C’est aussi le meilleur moyen de préserver ses qualités isolantes, hydrofuges et thermiques.

Une toiture bien entretenue, c’est aussi un moyen très simple de réduire sa consommation énergétique. En effet, son bon état garantit une meilleure étanchéité et évite les déperditions de chaleur.

Enfin, une toiture régulièrement nettoyée, c’est aussi moins de temps et moins d’argent à y consacrer. Comme pour tout objet et équipement, un entretien régulier, c’est un fonctionnement de qualité et des économies assurées en termes de réparation !

Quand faut-il entretenir sa toiture ?

Pour l’entretien d’une toiture, il est préférable d’intervenir par temps sec, si possible sans pluie dans les trois jours à venir. Il est conseillé d’éviter les temps humides, car la pluie rend une toiture glissante, les temps venteux pour des questions de sécurité et les trop fortes chaleurs qui perturbent le séchage et présentent un risque d’insolation pour les exécutants. Lorsqu’il fait trop froid ou humide, les produits sont éliminés par la pluie avant même d’agir. Par temps chaud, ils s’évaporent trop prématurément. Un juste milieu est souhaitable.

Pour optimiser l'intervention, et notamment le nettoyage des gouttières, attendez que les arbres de votre propriété et des alentours aient perdu leurs feuilles.

Combien coûte un nettoyage de toiture ?

Le prix d’un nettoyage de toiture dépend de l’intervention effectuée, de la surface à couvrir, de la pente du toit et du type de toiture. Il est également lié à la méthode employée et au temps passé sur le chantier. 

Pour un nettoyage classique avec brossage des mousses, enlèvement des saletés, nettoyage des gouttières, et application d'une produit démoussant agissant dans le temps, le prix est fixé au temps passé.

 

En bref :

Pensez à faire nettoyer votre toiture 1 à 2 fois par an. A l'automne, et au printemps, moments où les températures sont encore adaptées à cet entretien. Concernant le budget, nos devis sont gratuits.

L'entretien de votre terrasse en bois

Votre terrasse en bois et son entretien :

Une terrasse en bois subit l’environnement, ainsi que les conditions climatiques :

La pollution, le soleil, les UV, la pluie qui peut être acide, chargée en sel, en poussière, ou encore en sable, la neige, la grêle… 

Matériau vivant et durable, le bois est préparé à toutes ces conditions difficiles. Cependant, nous pouvons l’aider à encore mieux résister aux agressions extérieures.

I. Dans quel état est ma terrasse ?

Avant toute intervention, il faut impérativement préparer le bois et analyser son état.

 

1 Le bois est neuf et doit être protégé :

Avant toute chose, il faut envisager d’appliquer une protection insecticide et antifongique afin d’éviter les attaques de xylophages ou l’apparition de champignons. Un traitement de notre fabricant Durieu existe et est un fongicide et insecticide, préventif et curatif permettant d’éliminer efficacement et durablement champignons et autres nuisibles. 

De plus, quand le bois tendre est neuf, ses pores sont encore fermés; aucun traitement ne peut y pénétrer durant les premiers mois de sa pose. Le groupe Durieu, pour qui nous sommes applicateurs, a donc développé une solution, qui protège le bois avant de procéder à l’application du revêtement définitif.  

Cette protection haute performance permet au bois de garder son aspect neuf plus longtemps tout en le protégeant des dégâts dus au soleil et aux intempéries durant sa première année d’exposition. 

Ce traitement respirant permet d’éviter que l’humidité ne pénètre dans le bois. 

Après une exposition entre 6 et 9 mois, et avant de procéder à l’application de la finition, un nettoyage en profondeur est recommandé.

Si votre terrasse a moins de 6 mois, il faut laisser le bois aux intempéries.

Ensuite, un nettoyage en profondeur est à envisager. Si le bois semble encore gras, il faudra le déshuiler.

2 Le bois a grisé :

Bois tendre ou bois exotique, le traitement d’un bois grisé reste le même dans les deux cas.

Nous appliquons un dégriseur détachant de chez Durieu conçu pour redonner au bois sa couleur d’origine et son éclat. Sa formule à base d’eau agit en à peine 15 min. C'est également un excellent dégraissant pour bois exotique avant finition qui est de plus biodégradable et sans solvant.

3 Le bois a été huilé :

Une huile a noirci et s’est incrustée dans le bois. 

Impossible de l’éliminer en la nettoyant avec des produits classiques. Il faudra alors déshuiler la terrasse avec un produit adapté.

Le déshuileur pour bois que nous appliquons en partenariat avec Durieu-Owatrol a été spécialement conçu pour éliminer en profondeur les huiles de teck et de lin noircies par les UV. 

Sa formule ultra-performante à base d’eau est biodégradable et respectueuse de l’environnement.

4 Le bois a été lasuré, vernis ou peint :

Dans le cas d’une terrasse lasurée, vernie ou peinte, la solution adéquate pour retrouver un bois brut est le décapage avec un produit adapté et à l’eau. Rapide et efficace, il vient casser le revêtement à retirer (peintures, vernis, lasures…) et l’élimine par simple rinçage sans effort et surtout sans gratter.

II. Quelle finition apporter à ma terrasse en bois ?

Le choix de ces finitions se fera selon deux critères : l’essence du bois à protéger et l’aspect souhaité

Nous appliquons un saturateur particulièrement développé pour les bois tendres et autoclaves qui  est un saturateur solvanté dont la formule à base d’huiles végétales nourrit en profondeur le bois. 

Il pénètre, isole et protège en profondeur le bois en plus de bénéficier d’une protection contre les moisissures. Lors de la maintenance il n’y aura aucune montée en teinte. Il se décline en incolore, chêne doré, chêne moyen et chêne rustique.

Le bois exotique nécessite d’être protégé en profondeur car ce bois est dense et difficilement imprégnable.

Teck, acajou, movingui, ipé, bangkiraï... , le saturateur de qualité marine de notre fabricant est spécialement étudié pour ces bois durs. Sa formule ultra-performante à base de résines alkydes et d’huiles naturelles garantit une excellente pénétration du bois. Il permet de traverser le temps et de résister aux agressions climatiques les plus rudes. Il nourrit en profondeur vos bois et garantit une protection longue durée. D’aspect mat transparent, il ne masque pas le veinage du bois. De plus, il est auto-protégé contre les moisissures.

Le saturateur en phase aqueuse protège à la fois les bois résineux et exotiques, neufs ou anciens. Il met en valeur son veinage tout en gardant son aspect naturel. Très résistant aux intempéries, il a également une protection UV renforcée. 7 teintes sont miscibles entre elles : Miel, Movingui, Teck, Padouk, Gris Vieux Bois, Gris Graphite, Ébène.

EN BREF

A travers ces cas précis relevés grâce à notre partenaire Durieu, nous sommes spécialisés et applicateurs dans ces questions d’entretien de terrasse bois et bardages bois. Nos produits sont biodégradables et  fabriqués en France.

Contactez-nous pour un conseil ou un devis gratuit

 

Les bardages bois

Vous construisez une maison en ossature bois ou encore une extension ? Vous souhaitez refaire l'isolation de votre maison en posant un bardage extérieur ?

Le bois est une valeur sûre ! Intemporel, chaleureux, ce matériau noble se décline en de nombreuses essences et teintes.

Comment faire son choix ? Quel type de bardage bois choisir et comment le poser ?

 

QUEL TYPE DE BARDAGE ?

Vous avez le choix entre différents types de lames de bois :

LES TYPES DE LAMES

En fonction de l'essence de bois choisie, de son profil ou de sa forme et de sa teinte brute, peinte, ou saturée, chaque bardage aura une signature bien spécifique.

Tous les bois que nous posons  sont certifiés PEFC, issus de forêts gérées durablement.

  1. Lames en bois naturellement durable :

Aucun entretien n'est nécessaire. Leur vieillissement naturel, les emmène sur des teintes grises à argent profond selon l'essence sélectionnée

2. Lames en bois traité :

Excellente durabilité. le bois est protégé contre les agressions biologiques, notamment contre les termites, et résiste aux intempéries.

3. Lames en bois composite :

Vaste gamme de finitions et de couleurs, non poreux, imputrescible et n'attire pas les insectes.

4. Lames en bois lamellé-collé :

Esthétique, stable et sans fentes. Facile à travailler, il se prête aux formes architecturales complexes.

Volume de chutes extrêmement réduit ce qui permet d'optimiser au maximum les ressources de bois de forêts.

ESSENCES : SPÉCIFICITÉS ET TEINTES

En cas de doutes sur la possibilité ou non d'employer telle ou telle essence, veillez à vous reporter au PLU (Plan Local de l'Urbanisme) de votre commune.

⇒ Pour ceux qui cherchent un bardage qui ne grise pas, malheureusement, il n'existe pas... Il faudra nécessairement apporter une application type saturateur, peinture, vernis ou autre pour maintenir la teinte souhaitée.

En faisant appel à nos services, vous vous assurerez une qualité de réalisation dans le respect des règles ainsi qu'une garantie décennale.

Par ailleurs, l'isolation avec bardage extérieur est éligible à des aides financières sous certaines conditions (notamment l'obligation de passer par un professionnel RGE).

 

CLASSEMENT DES ESSENCES SELON UTILISATION

Quelle pose pour votre bardage ?

Le type de pose a des conséquences sur l'esthétique de la maison, mais aussi sur la résistance du bois à l'humidité.

POSE HORIZONTALE

C'est le type de pose le plus courant.

Son principal atout est la rapidité de sa mise en œuvre.

POSE VERTICALE

La pose verticale se décline, elle aussi, en plusieurs techniques :

La pose verticale permet un meilleur écoulement de l'eau et offre un aspect visuel original, très prisé pour les habitations contemporaines. Elle nécessite aussi plus de bois en support pour conserver une ventilation suffisante.

Avant de poser un bardage bois, un film pare-pluie doit être posé sur toutes les parois extérieures afin d'assurer l’étanchéité des façades.

QUELLE PEINTURE POUR VOTRE BARDAGE BOIS ?

Vous devez choisir une peinture spéciale extérieure qui doit :

En effet, nous vous suggérons des peintures écologiques acrylique microporeuse ou encore des saturateurs de chez Owatrol du groupe Durieu

Vous pouvez choisir la couleur qui convient à vos goûts : gris, blanc, bois brûlé ou Shou Sugi Ban (technique japonaise qui permet d'obtenir une couleur brûlée des façades sans entretien)...

Contactez nous pour plus d'informations 

Fenêtres de toit - Vélux

Les fenêtres de toit Vélux, sont le meilleur compromis pour apporter de la lumière dans vos combles aménagés ou combles non aménagés, et ce de manière performante d'un point de vue thermique mais aussi phonique.

QUEL TYPE D'OUVERTURE POUR MES VELUX ?

Il existe 3 types d’ouvertures possibles pour vos vélux :

AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS DES FENÊTRES DE COMBLES

L'avantage de ces fenêtres est de pouvoir les poser sur n’importe quelle pente de toit à partir de 15° et pouvant aller jusqu'à 90°. Elles possèdent également un double vitrage pour l'isolation phonique et acoustique. De nombreuses dimensions permettent de répondre aux besoins mais aussi aux contraintes liées aux combles. Enfin, leur apport en lumière permet de créer de vraies pièces de vie dans le toit.

Leur avantage d'apporter de la lumière peut devenir un inconvénient si l'apport solaire n'est pas mesuré, en filtrant par un système de volet ou de store extérieur. En effet, le risque majeur est la surchauffe derrière le vitrage.

FENÊTRE DE TOIT : QUEL GAMME CHOISIR ? (MANUELLE VS MOTORISÉE, STORE, VITRAGE)

Les fenêtres motorisées seront très utiles dans le cas où la fenêtre est inaccessible pour sa manipulation. De plus cette fonction permet une ouverture à distance pour ventiler et réguler la chaleur. Elle peut être regroupée sur un système de domotique. La fonction manuelle fonctionne parfaitement lorsque l'accès est libre.

Différents vitrages sont disponibles :

Le vitrage tout confort par exemple minimise les bruits de pluie sur le vitrage et augmente les performances thermiques…

Les Stores :

La gamme est très étendue et va du simple store d'occultation que tout le monde connait pour l'intérieur et pour lequel, le rôle est uniquement de faire la nuit dans la pièce, mais à aucun moment de se protéger du soleil...

Il existe aussi les stores bateaux, plissés, occultants et plissés, occultants et isolés, sur mesure, à thème en collection enfant...

Ces stores ont tous un intérêt particulier en fonction de la situation. Les volets roulants sont aussi quand à eux une solution supplémentaire, pour isoler de la chaleur l'été et du froid l'hiver, du bruit de la pluie, et tout simplement pour créer un espace sombre pour dormir. L'électrique et le solaire sont aussi des technologies disponibles chez Vélux.

 

En Bref

La gamme Vélux est très étendue et existe depuis maintenant très longtemps. Les produits sont éprouvés et de qualité.

De nouvelles solutions existent avec les verrières de toit, les ouvertures en balcon, les puits de lumière et nous permettent aujourd'hui de vous proposer beaucoup de possibilités.

 

La terrasse bois

Avant de penser à la pose des dalles, lames ou autres lambourdes, encore faut-il savoir quel bois choisir pour votre terrasse !

Chaleureux, écologique et durable, le bois est incontournable en matière de terrasses extérieures. C'est un matériau authentique et agréable d'utilisation qui se décline dans un large panel de nuances et de finitions. Mieux, il embellit dans le temps avec sa patine inimitable, le tout pour un entretien minimal.

4 types de bois pour une terrasse :

Le bois brut : la terrasse au naturel

Les essences européennes :

Avantages : Plus abordables et respectueuses de l'environnement que les bois exotiques, notamment grâce aux labels PEFC et FSC, le pin Douglas, le mèleze, le robinier ou encore le faux acacia, elles se déclinent dans des teintes claires allant du jaune au rouge. À noter, le red cedar, particulièrement prisé pour sa patine grise, est quant à elle originaire d’Amérique du Nord. 

Inconvénients : Certains types de bois européens demandent un traitement ciblé afin de demeurer imputrescible. Le pin, par exemple, est généralement traité en autoclave. Un procédé qui nécessite l'injection sous pression d’un produit chimique afin de rendre le bois résistant aux intempéries et aux champignons, et lui confère une teinte légèrement verdâtre. 

Durée de vie : Environ 20-30 ans pour les bois naturels, 15 ans pour le pin modifié. 

Les essences exotiques :

Avantages : Plébiscitées pour leurs nuances profondes et naturellement adaptées à un usage extérieur intensif, les essences telles que le padouk, le massaranduba,  l'ipé, le garapa, le cumaru, ou encore le tali sont des bois particulièrement denses et durables. Elles sont en outre antidérapants et résistantes aux tâches. Leur entretien est quasi nul.

Inconvénients : Importés d'Afrique centrale, d'Amérique du Sud ou d'Asie, notamment de Birmanie, ces bois sont protégés et difficiles à obtenir. Ils sont également décriés depuis  quelques années à cause des conséquences sur l'environnement de leur abattage massif. Par ailleurs, leur tarif est plus élevé que celui des essences européennes.

Durée de vie : Garanti à vie. 

Notre conseil :

Pour convenir à un usage extérieur, le bois doit être au minimum noté classe IV, ce qui garanti qu'il sera capable de supporter un contact direct avec le sol et l’eau et sera résistant aux champignons. La Classe V est conseillée pour les terrasses de bord de mer.

Les Bois thermo-traités ou thermo-chauffés :

Avantages : Certaines essences européennes comme le pin, le frêne ou le peuplier, peuvent être utilisées en extérieur après avoir subit une modification en profondeur grâce à un traitement thermique appelé rétification. Chauffé à plus de 200 degrés, le bois se vide de son eau, durcit et devient plus stable. Il est alors capable de résister aux intempéries, mais également aux insectes et aux champignons. C'est une alternative éthique aux bois exotiques et écologique aux bois traités chimiquement (en autoclave par exemple).

Inconvénients : Les bois thermo-traités sont plus légers et sensibles à la flexion, et sont par conséquent moins facile à travailler. Ils affichent également un prix relativement élevé. 

Durée de vie : Environ 30 ans

L'entretien d'une terrasse en bois naturel 

Un revêtement en bois massif ne demande pas beaucoup d’entretien, surtout si l'on souhaite le laisser se patiner naturellement. Contentez-vous de faire laver votre terrasse par l'entreprise Chapelière avec des machines qui brossent le bois dans son fil sans l'abîmer. Il faut exclure le nettoyeur haute pression et toute recette à base de vinaigre ou autre, car il en va de la durée de vie du bois, qui reste un matériau vivant.

Vous pouvez ensuite appliquer une finition huilée pour lui redonner sa couleur naturelle et la protéger des intempéries et des UV.

Le bois composite : la fibre écologique 

Avantages : Ce matériau durable et respectueux de l'environnement est réalisé à partir d'un mélange de sciures de bois recyclé, mélangées avec des résines plastiques. Certains fabricants proposent même des lames à base de fibres végétales telles que le bambou ou le chanvre. Le bois composite est en outre imputrescible, résistant aux UV et se décline dans une vaste palette de couleur et de finitions. Contrairement au bois naturel, les lames de bois composite ne vont pas se patiner au fil de temps et conservent leur couleur originelle.

Inconvénients : Ce matériau contemporain, malgré tous ses atouts ne possède pas le charme ni l'authenticité du bois brut. Son prix est en outre relativement élevé pour un modèle de qualité. 

Durée de vie : Garanti 25ans en moyenne

L'entretien d'une terrasse en bois composite 

Les adeptes du moindre effort opteront sans aucun doute pour des lames composites dont l'entretien est moins récurrent que le bois. Cependant un entretien annuel par un professionnel permettra de conserver les données techniques de votre terrasse.

Pourquoi le démoussage de toiture est si important?

Que votre toiture soit en bois, en zinc, en verre, en tuiles, en cuivre, en ardoises ou en tout autre matériau, il est important de l’entretenir régulièrement pour lui redonner un petit coup de jeune.

Démousser sa toiture est une opération primordiale pour la garder propre et saine.

LES RAISONS DE LA PROLIFÉRATION DES MOUSSES

Laisser la mousse proliférer c’est prendre un risque concernant l’étanchéité de la toiture. En effet, les algues et mousses rendent les matériaux de couverture poreux et font perdre au toit sa fonction première de bouclier protecteur pour l’habitat en cas d’intempéries. C’est pour cette raison qu’il faut régulièrement démousser sa toiture en faisant appel à un professionnel certifié.

Démousser sa toiture est l’étape d’entretien de toiture la plus complète. Le démoussage permet de nettoyer et d’enlever toutes les mousses, lichens et moisissures. Le but final étant de nettoyer et traiter la surface du toit afin de la rendre esthétique et imperméable et d’éviter, ainsi toute nouvelle prolifération de champignons et mousses.

QUAND FAUT-IL DÉMOUSSER SA TOITURE ?

Il n’y a pas de règle exacte, cependant, il est possible d’affirmer qu’il faut démousser sa toiture après 10 ans d’existence du toit.

Pour un toit qui a plus de 20 ans, il doit être vérifié et nettoyé tous les 2 ans. Quant aux toits de plus de 20 ans, il faut les entretenir tous les ans.

QUI DOIT DÉMOUSSER MA TOITURE ?

Il existe des bidons de démoussant en vente libre dans certains magasins, il est donc possible de le réaliser soi-même. Cependant, il est fortement conseillé de faire appel à un professionnel certifié qui pourra appliquer des produits réservés aux professionnels et adaptés en fonction des types de mousses à traiter et de l’état global du toit.

Un démoussage parfaitement réalisé par un professionnel peut permettre à la toiture de rester dépourvue de mousses et autres matières indésirables pendant 10 ans.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Un toit en tuile est beaucoup plus sensible au développement des mousses et lichens qu’un toit en ardoises.